SERMENT ROUGE

(Arrabalero)

 

1.-

Le jazz détonne à la barrière

La danse roule en la tanière,

Hommes féroces, filles en cheveux

C'est le "rancard" des gens du "milieu" !

 

Dans un coin d'ombre, un couple échange

Un serment rude, au rite étrange...

Singulier gage : en guise d'anneau,

Les mains se joignent sur un couteau...

 

"Dès ce soir, ma maîtresse,

Tu me dois tes caresses.

A moi la chaude ivresse

De ton corps palpitant !..."

 

"Oui, je deviens ta femme,

Je te donne mon âme,

Pour toi brûle ma flamme

Je t'aime, ô mon amant..."

 

"Que ta lèvre se scelle !

Ne sois pas infidèle !

Il t'en cuirait ma belle...

Tu connais notre loi ?...

Que ton baiser ne mente !"

" Si tu trahis l'amante,

Cette lame brillante

Ami, sera pour toi!...

 

2.-

La même salle, un soir de fête...

Parmi la foule du bal musette,

Le jeune "apache" veut gagner l'amour

D'une beauté des noirs carrefours...

 

Tandis que l'homme la tient pressée,

Une autre femme s'est élancée...

L'apache pousse un cri de terreur

Trop tard, la lame fouille son coeur...

 

Tu me fis ta maîtresse,

Dit-elle, vengeresse,

J'avais droit aux caresses

De ton corps palpitant....

Seule j'étais ta femme...

Je t'ai donné mon âme...

Pour toi brûlait ma flamme...

Je t'aimais, mon amant...

 

Sans parler de rupture,

A ton serment parjure

J'ai puni l'imposture...

Tu connaissais la loi !...

 

Sans peur de la tourmente,

Tu trahis ton amante...

Cette lame brillante

Devait être pour toi !

 

Letra : Eduardo Calvo  (Eduardo Calvo Souto)

Música : Osvaldo Fresedo  (Osvaldo Nicolás Fresedo)

 

Texte français de G. Rimbaut-Demont

 

 

(colaboración enviada (letra y carátula) desde Saint-Maxim, Francia, por el amigo André Vagnon. 07-2014)

 

 

AtrásMenú Principal

 

 

arrabalero_438