RESSOUVENANCE

(Remembranza)

 

 

Combien est longue une journée

Quand tu n’es pas auprès de moi.

Comment ai-je pu deux années

Vivre sans entendre ta voix ?

Je n’ai pour consoler ma peine

Que les doux rêves du passé,

Car ni les jours ni les semaines

N’ont jamais pu les effacer...

 

Ah!... Qu’il est troublant, chéri(e),

D’évoquer, comme on prie,

Ce bonheur, hélas trop court.

Rien n’a pu ternir

Le souvenir de ces beaux jours.

Ah!... Pardonne à ma folie.

Reviens je t’en supplie

A notre amour.

Rien ne pourra me griser

Que tes baisers,

Comme aux anciens jours.

 

Dans notre chambre tiède et rose,

Tout est resté comme autrefois.

Et chaque objet et chaque chose

Ne me semble attendre que toi.

Ton portrait sur la cheminée

Semble sourire à mon espoir.

Dans un livre, une fleur fanée

Rappelle nos serments d’un soir...

 

Letra : Robert Chamfleury y Henry-Lemarchand

Música : Mario Melfi

 

Grabado por la orquesta de Mario Melfi con la voz de M. Véran. (1934)

Grabado por la orquesta de A. J. Pesenti con la voz de Guy Berry. (1934)

 

 

(colaboración enviada (grabación) desde Francia, por el amigo Lysandre Donoso. 06-2014)

(colaboración enviada (letra y partitura en francés) desde Saint-Maxim, Francia, por el amigo André Vagnon. 06-2014)

 

 

AtrásMenú Principal