LAISSE TA MAIN DANS LA MIENNE

 

 

 

{Refrain:}

L'été s'accroche au vent d'automne qui l'emporte

Laisse ta main dans la mienne,

Avec l'été, s'en vont danser les amours mortes

Laisse ta main dans la mienne,

Au bord de l'eau, le dernier bal ferme ses portes

Laisse ta main dans la mienne,

Nous ne serons pas les premiers qui se promènent

Avec leur peine au bord de l'eau.

 

Où s'en vont-elles, les tendres ritournelles

Qui mettent, le dimanche, du ciel dans les tonnelles ?

Où s'en vont-elles, les tendres robes blanches

Avec lesquelles le ciel danse au bord de l'eau ?

 

Les souvenirs, pour quelques heures, les retiennent

Laisse ta main dans la mienne,

En me penchant sur tes grands yeux, je vois les nôtres

Je vois les nôtres danser au bord de l'eau.

 

 

 

Ma robe claire t'avait tourné la tête

Et pour me plaire, le ciel était en fête,

Je voulus faire un petit tour de balançoire

Ah, quelle histoire ! Ah, quelle histoire !

 

Sous mon corsage, mon cœur battait plus vite

Mon "soyez sage" était plus qu'une invite,

L'été creusait des nids d'amour au creux des branches

Ah, quel dimanche ! Quel dimanche, mon amour !

 

{au refrain}

 

Les feuilles rousses caressent l'herbe blonde

Ah, que la vie est douce ! Nous sommes seuls au monde,

Tu vois mes larmes ; déjà, je m'abandonne

On peut s'aimer même en automne au bord de l'eau.

 

Si notre amour n'est plus que de l'histoire ancienne

Laisse ta main dans la mienne,

Il faut si peu pour que nos cœurs ne les retiennent

Ne les retiennent ensemble au bord de l'eau.

 

Letra : Jacques Larue

Música : Ángel Villoldo

Adaptación : Jacques Cahan

 

Letra adaptada a la música del tango “El choclo” de Ángel Villoldo.

 

Grabado por la orquesta de Marc Herrand con la voz de Yvette Giraud. (1952)

 

 

(colaboración enviada (letra en francés y grabación) desde Saint-Maximin, Francia, por el amigo André Vagnon. 10-2016)

 

 

AtrásMenú Principal